Office, oui, mais libéré de Windows !

Après dix ans d’utilisation de Linux et de la suite bureautique LibreOffice, la municipalité de Munich, qui a basculé des verts à la droite, réinstalle Windows, propriété de Microsoft, ainsi que Microsoft Office sur son parc informatique. Elle remet ainsi en cause des choix techniques, sources d’économies, au profit de choix politiciens et démagogiques. Alors que le nouveau maire a fait des pieds et des mains pour que Microsoft installe son siège social dans sa ville, il nous paraît important de vous expliquer comment utiliser la suite LibreOffice. Celle-ci vous permettra d’échanger facilement des documents avec ceux de vos amis qui utiliseraient toujours Microsoft Office.

LibreOffice est la suite bureautique libre et gratuite, équivalente et compatible avec celle de Windows, qui inclut :

  • le traitement de texte Writer ;

  • le tableur Calc ;

  • le créateur de présentations Impress ;

  • l’outil de dessins Draw ;

  • le gestionnaire de base de données Base.

Cette suite a le grand avantage, par rapport à celle de Microsoft, de pouvoir lire et écrire des fichiers aux formats :

  • doc (xls, ppt) des versions d’Office 97/2003 ;

  • docx (xlsx, pptx) des versions d’Office 2007/2013.

De plus, cette suite LibreOffice, téléchargeable gratuitement, peut être installée sous Windows. Elle est d’ailleurs toujours disponible pour les versions obsolètes de Windows telles que XP et Vista, ce qui lui permet de lutter contre l’obsolescence programmée initiée par Microsoft qui fait que les versions d’Office post 2007 enregistrent par défaut au format docx (xlsx, pptx), un format incompatible avec les versions précédentes.

Afin de vous permettre d’échanger avec tous vos amis qui utilisent encore MS Office, nous vous conseillons d’enregistrer dans les formats les plus communs doc (xls, ppt), qui sont ceux reconnus par les anciennes versions d’Office avant 2003, et d’utiliser les polices de caractères Arial, ou Courier pour les lecteurs utilisant Windows. Pour ceux utilisant une distribution GNU/Linux (voir notre article sur « Linux est-il réservé aux experts en informatique ? », il vous faudra installer les polices de caractères non libres sur Linux, ou prendre une distribution Linux qui les installent d’origine, comme notre version adhoc 😉 Sinon, il vous faudra jouer avec la table de remplacement dans la configuration de LibreOffice, en définissant Carlito au lieu de Calibri, et Liberation : Mono, Sans, et Serif substitut pour Courier, Arial, Times New Roman, voir ce tutoriel en anglais.

Si vos documents doivent être conservés plus de 10 ans, il est impératif d’en faire une copie dans le format ouvert OpenDocument (odt, ods…) proposé par défaut sous LibreOffice, et/ou au format PDF/A-1, pour garantir leur longévité (voir notre article de septembre). Si vous voulez échanger un document en préservant sa mise en forme, comme par exemple un CV, exportez le toujours au format PDF qui est maintenant totalement ouvert.

Dans ses dernières versions, MS Office utilise par défaut deux polices de caractères qui ne peuvent pas être utilisées sur des ordinateurs qui ne sont pas sous Windows. Les polices en question sont Calibri et Cambria, et voici comment les substituer facilement par les polices libres Carlito et Caladea :

Dans LibreOffice Writer ouvrir Outils → Options…

Dans la catégorie LibreOffice cliquer sur Polices

Cocher immédiatement la case « Appliquer la table de remplacement »

Puis définir les remplacements Calibri → Carlito et Cambria → Caladea

en cochant l’option « Toujours »

Cliquer sur OK et redémarrer LibreOffice pour ces options soient effectives, et à partir de ce moment les documents envoyés depuis MS Office seront pratiquement les mêmes, qu’ils soient vus sur votre écran ou envoyés sur une imprimante.

Pour prolonger votre lecture, voir :

Prochaine chronique :« GIMP, l’alternative libre à Photoshop ! ».

Collectif EmmabuntüsGPL V3