Les solar mama

Quand les grand-mères manient le tournevis

A Tilonia, dans l’Etat du Rajasthan (Inde), une vingtaine de femmes africaines, « venues du Niger, de Mauritanie, du Kenya, du Ghana et de Guinée-Bissau sont assises autour d’une grande table, couverte de lampes, de tournevis, de pinces et de circuits imprimés », peut-on lire dans Made in India, de Bénédicte Manier. Ces femmes apprennent à assembler des circuits électriques au Barefoot College (Collège aux pieds nus), en compagnie de Neeta, une villageoise indienne, précise la journaliste qui parcourt l’Inde depuis plus de vingt ans. Aucune ne parle hindi, mais il suffit de reproduire les gestes de Neeta et de suivre les schémas simples du guide de montage. Cette formation leur permettra ensuite d’installer des lampes et des fours solaires dans leurs villages. « Chez nous, on s’éclaire avec des lampes à Kérosène, mais on ne peut plus payer le carburant, qui coûte 2 000 francs CFA (3 euros), tous les quatre jours », a confié Francesca, qui connecte des fils de couleurs à un socle de lampe. Elle explique qu’avec l’argent que les lampes solaires lui permettront d’économiser, elle s’occupera de la santé et de l’éducation de ses enfants. A 62 ans, cette grand-mère n’avait jamais touché un fil électrique de sa vie. Originaire du Cameroun, elle n’avait jamais quitté son village ni pris l’avion.

Les « Solar Mama »

Chaque année, 180 femmes venues de différentes régions d’Inde et d’autres pays (Afghanistan, Guatemala, Colombie, Bolivie, Mauritanie, Tanzanie, Kenya, Ethiopie, Soudan, etc.) deviennent des « Solar Mama », comme les appelle Sanjit Roy, fondateur du Barefoot college. Plus de 700 d’entre-elles ont apporté l’électricité à 500 000 personnes dans 72 pays. De retour dans leur village, ces femmes vivent de l’entretien technique des équipements et forment à leur tour d’autres femmes. Ouvert en 1972, le Barefoot College est un centre d’échanges de savoirs, où chacun s’engage à transmettre ce qu’il a appris à d’autres. On y vient pour apprendre à devenir maçon, comptable ou enseignant. Par la transmission des savoirs, plusieurs centaines d’Indiens issus de régions rurales ont pu devenir médecins aux pieds nus (Barefoot doctors) en travaillant avec des praticiens. D’autres sont devenus infirmière, sage-femme, informaticien(ne), etc. Les bâtiments du collège ont été fabriqués avec des « architectes aux pieds nus » à partir de matériaux et techniques écologiques (murs en terre ajourés pour créer une aération naturelle) et les deux campus ainsi que les sept centres d’apprentissage fonctionnent à l’énergie solaire pour tout : éclairage, ordinateurs, téléphone, pompes à eau, hôpital.

NG

Avec Made in India, Le laboratoire écologique de la planète, Bénédicte Manier, Premier Parallèle, 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.