ZAD du Testet

Certains se sont enterrés jusqu’au cou, d’autres se sont construit des cabanes dans les arbres : au lieu dit Testet, dans le Tarn, les opposants à la construction du barrage rivalisent d’imagination pour que ce « grand projet inutile » n’aboutisse pas.

Ce samedi 13 septembre, devant le Conseil général du Tarn, à Albi, une trentaine d’opposants à la construction du barrage de Sivens fait bloc. La veille, les impitoyables machines en charge du défrichement (ou de la déforestation, lire l’encadré) ont encore fait des ravages : les arbres se trouvant sur les quelques 40 hectares, dont 18 de zone humide, concernés par le projet sur la zone du Testet ont pratiquement tous disparu. « Des arbres, ça se replante ! » lâche Julien*.

Inutile de chercher le profil type des opposants présents : le groupe est totalement bigarré. Henry*, la cinquantaine, arrive d’Alban, à trente kilomètres de là. Il milite parce qu’il « trouve inepte de faire un barrage en pleine zone humide. Quand on sait le rôle que jouent ces zones pour la biodiversité, combien de temps elles mettent à se créer, et qu’il y a là bas plus de 80 espèces protégées… » Plus habitué aux combats syndicaux, il a appris, depuis deux semaines, à travailler avec les zadistes et à les apprécier. « D’extérieur, ils peuvent paraître chelous, mais ils sont beaucoup plus sains que ceux contre qui nous nous battons. »

Julien, la quarantaine, est de ceux-là. Il est arrivé d’Ariège après avoir été alerté par des zadistes rencontrés à Notre-Dame-des-Landes. Les réseaux fonctionnent… [quote cite= »Julien »]Notre-Dame-des-Landes, c’est le Larzac plus l’informatique. Il y a dans ces combats une mixité sociale, générationnelle et même idéologique. Ce sont des luttes très circonstanciées, les orientations de chacun passent après, et il n’y a aucune récupération politique ou syndicale derrière tout ça.[/quote]

« Un déni de démocratie »

Pétof a pour sa part dépassé les 60 ans. Débardeur et pantalon colorés, longs cheveux gris, il se dit « prêt à venir soutenir tous les combats pour la défense de la nature ». A Notre-Dame-des-Landes, puis à Décines contre la construction du grand stade, le voilà devant le conseil général d’Albi, où la vie s’organise : malgré les conditions précaires, on trie le plastique et le verre, on se relaie pour vider les poubelles, on passe un coup de balai à l’occasion et on fait à manger pour tout le monde.

…………………..

Ce reportage de Nicolas Bérard en direct du Testet est paru dans le numéro d’octobre.
Pour lire nos reportages et notre mensuel indépendant, abonnez-vous (seulement 20 euros /an pour une information de qualité) !

Site de soutien et d’information en direct de la Zad du Testet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.