Diaspora vous protège

Diaspora est un réseau social dont le premier souci est le respect de la vie privée. Gratuit et sans pub, il a été mis au point par des informaticiens bénévoles animés par les valeurs du logiciel libre. Présentation de Diaspora avec Antoine, l’un d’entre eux.

A l’instant où vous lisez ces lignes, une poignée d’informaticiens, aux quatre coins de la planète, travaillent pour vous, de manière désintéressée, pour améliorer un réseau social accessible gratuitement et, surtout, qui ne cherche pas à vous espionner. Antoine Duparay, un jeune informaticien grenoblois, est de cette poignée :

On est une douzaine dans le noyau dur des contributeurs de Diaspora. Depuis 2012, environ 300 personnes ont apporté de l’aide. Il faut écrire les programmes informatiques, mais aussi traduire des textes, répondre aux questions des utilisateurs…
La préoccupation première de Diaspora, ce réseau social libre, est donc le respect de la vie privée. Ainsi, quand vous créez un profil sur Diaspora, pas besoin d’aller fouiller dans les réglages pour limiter l’accès à vos données personnelles. L’accès est restreint par défaut, libre ensuite à chaque utilisateur d’ « ouvrir » son profil comme il l’entend : tout l’opposé de Facebook. « Là où Facebook vous espionne, Diaspora vous protège », résume Antoine. À chaque scandale impliquant Facebook, le réseau libre fait le plein de nouveaux utilisateurs. Aujourd’hui, ils sont au moins 650 000 utilisateurs dans le monde, d’après Antoine. « Au moins », car aucune instance ne tient les comptes, et personne ne doit en rendre. En France, Diaspora regroupe quelques dizaines de milliers d’utilisateurs, évalue l’informaticien. « Beaucoup moins qu’en Allemagne : ils ont une sensibilité très forte aux questions liées au respect de la vie privée, peut-être à cause du souvenir de la Stasi. »

pied

UTOPIE CONCRÈTE
Contrairement à Facebook, Diaspora est un réseau décentralisé : il n’y a pas un seul hébergeur mais une multitude, environ 300 à l’heure actuelle, chacun étant libre d’en créer d’autres. En soi, cette décentralisation ne change rien à l’usage du réseau social. En revanche, elle permet à chaque utilisateur de choisir son hébergeur et sa politique de confidentialité des données. Antoine s’occupe particulièrement de Framasphère, un serveur français par lequel se connectent 32 000 utilisateurs, qui est hébergé par Framasoft : « On s’engage par exemple à ne jamais diffuser les données à des tiers. » Comme l’e-mail, Diaspora est un protocole informatique. Il ne peut donc pas être possédé, et revendu. Il appartient à tous et ne peut pas être contrôlé par quelques-uns, chefs d’État inclus :

En Tunisie, pendant la révolution, le pouvoir avait coupé l’accès à Facebook. Avec Diaspora, c’est impossible, car il faudrait couper l’accès à tous les hébergeurs dont le nombre est, dans l’absolu, illimité. Il n’y a pas un seul et unique point de faille : il est impossible d’éteindre Diaspora !Julien
L’utopie d’un réseau social libre est donc à portée de clic, et pas seulement pour les informaticiens. Il suffit de l’essayer pour en avoir le cœur net. Quant aux anciens « amis » de Facebook, si l’on n’arrive pas à les convaincre, on pourra quand même leur envoyer des vidéos de chatons depuis Diaspora….

Fabien Ginisty
………………………………………………………….
> Sur le réseau : https://diasporafoundation.org/ (en bas de page, vous pouvez changer la langue)
> Pour se connecter à partir de Framasphère : https://framasphere.org/
> Compte du journal L’âge de faire : Journal L’âge de Faire
journaladf@framasphere.org